Nous utilisons des cookies internes et des cookies tiers pour réaliser des analyses d’utilisation et d’évaluation de notre site Web afin d’améliorer nos services. En continuant la navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Vous pourrez par la suite changer la configuration ou obtenir de plus amples informations. ici

Accepter
[fermer]
[fermer]

Équateur
Équateur - Carte

Ruines d'Ingapirca

Les ruines d'Ingapirca sont le plus important site archéologique précolombien en Équateur et, sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Elles se trouvent au sud du pays, dans la province de Cañar, à 3 160 mètres au-dessus du niveau de la mer et son nom signifie « paroi de l'Inca » ou « mur de l'Inca » en quichua.

L'histoire raconte que l'Inca Túpac Yupanqui, au cours des campagnes d'expansion de son empire à travers le sud de l'Équateur, il rencontra la tribu cañari « Hatun Cañar » et, se maria, stratégiquement, avec la princesse cañari Paccha, dont Huayna Cápac est né de cette union dans la ville de Pumapungo, aujourd'hui Cuenca. Le peuple cañari a construit ce complexe pour lui et, bien que les Incas étaient plus nombreux et dominaient les cañari, ils n'ont pas exigé à ce qu’ils renoncent à leur autonomie et ont conservé leurs coutumes individuelles séparées, résolvant ainsi leurs différences afin de cohabiter pacifiquement et de fusionner leurs civilisations.

Ce fut un important centre religieux, politique, scientifique, militaire et administratif. Il se compose d'un cimetière, d'observatoires solaires, d'un temple, de réservoirs, de chambres pour les prêtres, d'une place de cérémonie et de rues pavées.

Comme dans d'autres ruines incas importantes, à Ingapirca, il a également été construit un système sophistiqué d'aqueduc souterrain, pour distribuer l'eau dans tout le complexe. Les incas l'ont construit avec des roches ciselées avec pratiquement aucun espace entre elles, tandis que dans l'architecture cañari, les lient légèrement avec du mortier.

Les religions des incas et des cañaris étaient très différentes : les incas adoraient le soleil, alors que les cañaris adoraient la lune. Bien que la ville soit en forme de puma, le complexe est en forme de demi-lune. En tant que lieu de culte, on y faisait de nombreuses célébrations rituelles. Apparemment, lors de ces festivités, on y utilisait de grandes quantités d'une boisson fermentée appelée chicha.

Les différentes constructions architecturales que l'on peut voir dans le complexe sont :

Château d'Ingapirca ou Temple du Soleil : il constitue l'un des principaux exemples de l'architecture inca. De forme elliptique et situé au sommet d'une colline, il avait des chambres, des cours, des caves et des bains et était entouré de murs en pierre. Sa position stratégique suggère un usage cérémoniel qui permettait d'identifier le lever et le coucher du soleil, ce qui a affecté le temple pendant le solstice, en éclairant des éléments sacrés à une certaine heure de la journée.

Pilaloma : le bâtiment le plus ancien est composé d'une série de pièces rectangulaires.

Adoratoire : construit par les cañaris en l'honneur de la Lune, son dieu principal, est le centre du complexe archéologique. Sa construction est de forme elliptique et ses murs ont une élévation maximale inférieure à quatre mètres. La porte et les niches situées sur les murs, ont une forme trapézoïdale et les blocs en pierre taillée sont juxtaposés, sans aucun type d'amalgame ni de ciment.

Chambres : elles étaient conditionnées pour les prêtres et leurs rites, en adoration du soleil et de la lune. L'un de ses murs possède un grand nombre de niches.

Équateur - Mapa
lire plus
fermer