Besoin d’aide ?
01 76 41 02 29
Lun-Ven: 9h à 19h Samedi: 10h à 18h
01 76 41 02 29
Lun-Ven: 9h à 19h Samedi: 10h à 18h

2
Bonjour
Mon compte
Menu
[fermer]
[fermer]

Tibet

En visite Gyantse

Pour le moment Gyantse n'est pas disponible

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne manquer aucun de nos meilleurs voyages

Conformément au Réglement de Protection des Données, nous vous informons de vos droits en terme de confidentialité en et notre politique de cookies.

Bientôt vous recevrez de nouvelles offres

Tibet - Carte

Gyantse

La petite ville de Gyantse se trouve à 274 km au sud-ouest de Lhassa, sur la célèbre Autoroute de l'amitié, celle qui relie les capitales du Tibet et du Népal. À 3 977 m d'altitude et située sur la plaine fertile de la vallée de la rivière Nyangchu, sa principale structure économique est donc l'agriculture et l'élevage.

C'est un arrêt obligatoire pour les touristes qui apprécient le Tibet plus authentique. Une promenade dans l'ancien quartier intacte suffit pour respirer l'essence de sa culture traditionnelle, son importance historique et son authentique parfum tibétain, qui subsiste malgré les efforts du gouvernement chinois pour moderniser le pays.

Au XVe siècle, pendant ses années dorées, elle fut la troisième ville la plus importante du Tibet pour son emplacement stratégique sur la route commerciale avec l'Inde, qui se démarquait par ses tapis en laine très appréciés.


Comme la plupart des monastères tibétains, le Pelkor Chode dispose d'un mur extérieur qui signale les limites du complexe. De l'autre côté des murs se trouvent le temple avec une façade de couleur marron rougeâtre et un chorten ou stupa tibétain. Construit au XVe siècle, c'est le seul du pays à avoir regroupé des moines issus de différentes écoles disciplinaires bouddhistes, telles que l'Ordre des Bonnets Jaunes, la Sakya et la Kadampa, cohabitant en harmonie et dans l'entente. Son style architectural mélange des influences tibétaines, népalaises et de l'ethnie chinoise Han.

À l'intérieur du temple principal, Tsulaklakang est le lieu le plus important de la salle d'audience, où se trouvent deux trônes, l'un pour le Dalaï-Lama et l'autre pour le principal lama Sakya. À l'arrière se trouve la chapelle la plus importante de Tsangkhang, dont les murs sont ornés de magnifiques peintures murales et où se trouve une statue en bronze de Shakyamuni de 8 m, flanquée par des sculptures d'autres divinités.

À côté du monastère se trouve le Chorten ou Kumbum, l'un des joyaux de l'art tibétain. Construit en 1418 avec 35 m de haut et est le plus ancien, le plus haut, le mieux conservé et le plus important du pays.

Ce grand stupa recouvert de plâtre peint en blanc, dispose de 9 niveaux dont la taille diminue au fur et à mesure que leur hauteur augmente. Les 5 premiers sont carrés en forme de mandala tridimensionnel et 77 portes donnant chacune accès à des chapelles ou des sanctuaires réservés au culte qui abritent des sculptures en argile, de belles thangkas et de superbes peintures murales, d'où l'origine de son nom Kumbum, qui signifie « Cent mille images », faisant allusion au grand nombre de représentations de Bouddha qu'il abrite. Les 4 niveaux supérieures sont circulaires et sur les côtés de la 7ème, les yeux de sagesse sont dessinés, qui symbolisent la conscience divine dans tout ce qui existe. Il est couronné d'un dôme orné de 13 anneaux dorés qui représentent les différents états successifs d'approche du fondateur du bouddhisme. Le bâtiment est contourné en suivant la kora dans le sens des aiguilles d'une montre en signe de respect.

Le Gyantse Dzong est la grande forteresse qui couronne l'une des collines de la vallée et domine la ville. Elle a été construite en 1390 et comprend une série de bâtiments dont les murs robustes et hauts blanchis à la chaux, possèdent peu de fenêtres et de petites fenêtres étroites et une bande décorative de couleur rougeâtre contournant la partie supérieure du bâtiment. Les vestiges des anciennes murailles du IXe siècle qui entouraient la ville, s'ajoutent à la construction lui donnant un certain air médiéval et serpentent le sommet de la montagne sur 3 km. À l'intérieur se trouve un musée, mais le plus intéressant est d'y accéder pour admirer depuis son sommet, la vue magnifique sur la ville.

Gyantse est également connue comme la « ville des héros » en raison de son extraordinaire résistance face à l'invasion impérialiste britannique qui est arrivée dans la région en 1904. Plus tard, en 1959, la ville a été dévastée pendant la révolution culturelle chinoise, lorsque les moines ont été persécutés et que le monastère a été endommagé et pillé, bien que celui-ci ait été ultérieurement réparé.

Voyager à Gyantse est l'une des expériences les plus enrichissantes que l'on peut vivre dans ce pays lointain. Être témoin du charme de cette ville et de la façon dont elle a réussi à préserver sa beauté, malgré les conditions historiques défavorables, fera en sorte qu'un voyage au Tibet soit parfait et regorgeant d’identité.

Tibet - Mapa
lire plus
fermer
Besoin d’aide ?
01 76 41 02 29
Lun-Ven: 9h à 19h
Samedi: 10h à 18h
Indiquez-nous votre numéro de téléphone et nous vous contacterons.
×

01 76 41 02 29

Lun-Ven: 9h à 19h Samedi: 10h à 18h